2024 débute avec des urgences encore débordées sur la Côte-Nord

L'Hôpital régional de Sept-Îles (Photo Jean St-Pierre - macotenord.com)

La nouvelle année commence avec une situation aux urgences de Sept-Îles et de Baie-Comeau qui demeure inquiétante tandis que les taux d’occupations n’ont pas diminué dans les derniers jours.

Il n’y a eu aucun répit dans les sept derniers jours dans les salles d’urgence de la région. Le taux d’occupation n’a pas faibli en dessous des 100% que ce soit à l’hôpital régional de Sept-Îles ou à l’hôpital le Royer de Baie-Comeau.

Selon le relevé quotidien de la situation à l’urgence du ministère de la Santé et des Services sociaux, à Sept-Îles, le taux d’occupation a même dépassé 200% pendant 4 jours sur 7 durant la dernière semaine.

Une situation qui ne s’améliore pas ce mardi 2 janvier alors que l’urgence de Sept-Îles affiche un taux d’occupation de 190% et celle de Baie-Comeau 230%.

La durée moyenne de prise en charge, a aussi de quoi inquiéter. Lundi, les patients ont attendu en moyenne presque 7 heures en salle d’attente à l’urgence de Sept-Iles, tandis que le taux d’occupation a atteint un pic à 240%.

Éviter l’urgence

Le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que le nombre d’hospitalisations continue d’augmenter et que le sommet de la circulation des virus respiratoires n’est pas encore atteint dans la province.

Dans un communiqué de presse diffusé samedi, le ministère demandait aux québécois d’éviter les urgences si ce n’est pas nécessaire. « Une grande proportion de patients qui consultent à l’urgence n’ont pas besoin de ce niveau de service. Parmi les exemples observés au quotidien dans les urgences, il est question de mal de gorge, de toux légère, de gastro-entérite (sans signes de déshydratation significative) et de symptômes d’infection urinaire », peut-on lire.

Pour limiter la pression sur les urgences, il est recommandé de privilégier un appel au 811 en cas de problème de santé non urgent.