3202 emplois de qualité seront à pourvoir dans l’industrie minière sur la Côte-Nord d’ici 2028

De nombreux emplois seront affichés dans l'industrie minière sur la Côte-Nord d'ici 2028... (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

L’estimation des besoins de main-d’œuvre du secteur minier au Québec publié ce lundi, annonce que 3202 emplois de qualité seront à pourvoir dans l’industrie minière sur la Côte-Nord d’ici 2028. Elle précise que 56% des emplois nécessiteront un Diplôme d’étude professionnelle, 19% demanderont une formation collégiale et 14% universitaire.

Selon cette enquête de Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines et l’Institut national des mines du Québec, 14 358 postes seront à pourvoir au cours de la période 2023-2028 pour l’ensemble de la province. Sur la Côte-Nord, le taux de roulement de la main-d’œuvre dans les grandes entreprises minières comme Rio Tinto, ArcelorMittal et Minerai de fer Québec, passera de 7,7 à 13%.

Toutes sortes de métiers

Les métiers qui demanderont le plus d’effectifs sont liés au forage, la sécurisation des galeries et opération de machinerie. Les écoles de la Côte-Nord proposent les bonnes formations, selon la PDG de l’Institut National des mines, Christine Duchesneau. L’industrie embauchera des gens qualifiés et bien formés, affirme-t-elle.

Entrevue avec: Christine Duchesneau, présidente-directrice générale de l’Institut national des mines

Le rapport calcule les postes disponibles à la suite de départs de travailleurs, mais aussi les nouveaux projets miniers en chantier ou à venir. Disponible sur le site web de l’Institut, l’étude présente des informations pertinentes pour les jeunes, les parents et les maisons d’enseignement.

«Avec ces données, nous sommes en mesure de mieux percevoir l’évolution du secteur minier et son impact sur les programmes de formation à actualiser», estime la présidente-directrice générale de l’Institut national des mines Christine Duchesneau.