5000 Innus à Sainte-Anne-de-Beaupré attendent des mots forts de réconciliation du pape

Le pape François s’adressera aux Premières nations à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, devant plusieurs survivants du Pensionnat de Maliotenam

La Nation innue est aux premières loges à Sainte-Anne-de-Beaupré, pour l’homélie finale du pape en visite au Canada afin d’adresser des excuses aux survivants des pensionnats autochtones. Le chef Jean-Charles Piétacho espère que François 1er ira plus loin que reconnaître les torts de certains individus. Il veut entendre aussi le Saint-Père admettre les responsabilités de l’Église catholique.

Le chef d’Ekuanitshit est satisfait des améliorations à la logistique pour faire en sorte que les premiers concernés aient accès à la rencontre historique à la basilique. «La Nation innue fréquente ce site à la fête de Sainte-Anne en juillet depuis des siècles», rappelle Chef Piétacho.

Aînés aux premières loges

Tous les survivants et les aînés des communautés autochtones de la Côte-Nord qui ont manifesté de l’intérêt ont reçu le soutien de leur conseil de bande pour se rendre à Beaupré ce jeudi. Le seul inconvénient, note Chef Piétacho, c’est que tout le monde devra se lever très tôt jeudi matin.

Cette étape de la guérison et de la réconciliation permettra de tourner la page et ensuite construire une cohabitation harmonieuse, espère plusieurs leaders des Premières nations.

Le chef d’Ekuanitshit accordera une entrevue en direct de Wendake ce mercredi matin vers 8h à la station O 99,1 FM. Il accueillera les marcheurs de l’organisme Puamun Meskunu fondé par le Dr Stanley Vollant, qui ont traversé le Parc des Laurentides à pied pour aller à la rencontre des survivants des pensionnats et du pape.

Lire aussi: Des Innus marchent 275 km à la rencontre des survivants des pensionnats et du pape