60 immigrants par année sur la Côte-Nord: trop peu pour freiner la pénurie de main-d’œuvre

(Photo pixabay.com)

La Côte-Nord attire encore peu d’immigrants, même s’ils sont perçus comme une solution à la sévère pénurie de main-d’œuvre qui touche presque toutes les professions. Le portrait de l’immigration publié hier par l’Institut du Québec, révèle une population immigrante permanente de 60 personnes par année pour la Côte-Nord de 2015 à 2019. Faut dire que 85% des immigrants qui débarquent au Québec s’installent à Montréal.

La pandémie a mis fin à une progression importante de l’immigration au Québec depuis 2016. La régionalisation elle, est au point mort depuis très longtemps. La Côte-Nord est au 15e rang sur 17 régions pour le nombre d’immigrants accueilli annuellement, devant la Gaspésie et le Nord-du-Québec.

Le rapport explique que la Côte-Nord est la plus touchée par la rareté de la main-d’œuvre avec le plus faible taux de chômage par poste vacant en 2021 sur le marché du travail régional. Pourtant les nouveaux arrivants de l’extérieur du pays contribuent très peu à contrer la pénurie sur la Côte-Nord, alors qu’ils jouent un rôle croissant au Québec.

L’Institut du Québec reconnaît les efforts des gouvernements pour encourager les nouveaux arrivants à choisir les régions Elle fait plusieurs recommandations pour augmenter l’efficacité des mesures de régionalisation. Elle constate que le Québec mise beaucoup sur les immigrants temporaires ou saisonniers, puisqu’il dépend du fédéral pour l’accueil de permanents.