68% des Québécois placent l’environnement et la santé humaine avant celle des minières

La Côte-Nord héberge quelques mines à ciel ouvert dont la mine du lac Bloom.

Un sondage de la firme Léger publié hier par la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, révèle que 68% des Québécois estiment que l’industrie minière engendre des impacts négatifs importants sur l’environnement. Régulièrement préoccupés par les projets miniers de la Côte-Nord, cette fois c’est surtout la situation à la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda qui désole les organismes membres de la coalition.

Selon le sondage réalisé entre le 11 et le 18 juillet auprès de 995 répondants de partout au Québec, 79% des citoyens croient qu’il faut prioriser la santé et l’environnement avant l’économie, même s’il faut cesser certaines opérations.

Le remplissage de lacs et de milieux humides par des déchets miniers est inacceptable pour 89% des répondants au sondage de la firme Léger. La coalition Québec meilleure mine qui regroupe des organismes locaux comme Sept-Îles sans uranium et nationaux comme l’association québécoise des médecins en environnement, est intervenue dans le passé auprès du ministre de l’Environnement et du BAPE pour dénoncer entre autres le plan de gestion des résidus de la mine du lac Bloom dans la région de Fermont.

Après que plusieurs régions du Québec vivent un boom minier important, Québec meilleur mine demande des réformes pour réduire l’empreinte de l’industrie et protéger la santé des gens des communautés. «Québec doit cesser d’être un Far West minier», conclut la coalition à la lumière des résultats de son récent sondage.