À surveiller en 2023: des gros chantiers et des études pour le pont de Tadoussac

La bannière "Mamu un pont entre nous" devant l'Assemblée nationale.

La prochaine année s’annonce riche en développement sur la Côte-Nord, avec les mises en chantier du parc éolien Apuiat, de l’agrandissement de l’hôpital et d’un nouvel aréna à Sept-Îles. On surveille également la publication des études de faisabilité pour un pont sur le Saguenay.

La Coalition Union 138 a multiplié les démarches en 2022 pour soutenir le projet de construction d’un pont à l’embouchure du Saguenay. La publication en 2023 des études de faisabilité et la réaction du gouvernement et des députés de la CAQ élus sur la Côte-Nord, sera déterminante pour la suite des choses dans ce dossier.

Le président de la Coalition fondé en 2017 Guillaume Tremblay est conscient que le coût de construction devra être raisonnable pour convaincre les élus des autres régions du Québec. Peu importe le prix, le pont de Tadoussac est essentiel au développement et à l’attractivité de la Côte-Nord, selon Guillaume Tremblay.

Chantiers à l’hôpital et à l’aréna

Les fonds sont réservés au conseil du trésor et les architectes sont à l’œuvre, la planification de l’agrandissement de l’urgence et du réaménagement de l’hôpital régional de Sept-Îles progresse, mais on est encore loin d’une mise en chantier. Les travaux dureront plusieurs années et devront se faire sans rupture de services hospitaliers. Pour le remplacement de l’aréna Conrad-Parent, le chantier se fera sur deux ans sur le terrain à côté de l’ancien Palais des sports de Sept-Îles, avant sa démolition.

Les discussions se font toujours à huis clos entre les responsables du projet du CISSS Côte-Nord et ceux de la Ville de Sept-Îles qui pourrait vendre son Hôtel de Ville au gouvernement du Québec s’il en a besoin pour des espaces de stationnement rendant accessibles les services de santé.

Décision pour l’Hôtel de Ville

Le maire Steeve Beaupré a promis une décision en 2023 concernant l’avenir de l’Hôtel de Ville de Sept-Îles. Le bâtiment s’est détérioré au fil des ans. Les élus ont étudié diverses possibilités et sondé la population concernant l’emplacement d’une éventuelle construction neuve.

Lors de l’adoption du Budget 2023, le maire a été clair: il faut d’abord connaître les besoins du réseau de la santé qui seront priorisés, mais ensuite le conseil municipal de Sept-Îles va trancher entre les options envisagées.

Démarrage du chantier Apuiat

Le projet de la coentreprise formée de Boralex et des conseils Innus pour l’aménagement d’un parc éolien d’une puissance de 200 mégawatts à Pentecôte sur le territoire de la Ville de Port-Cartier entrera en chantier pour le déboisement au printemps. La mise en opération est prévue en décembre 2024.

«La réalisation du parc éolien entraînera une effervescence économique au sein de la région hôte. Les partenaires du projet éolien Apuiat se sont engagés à maximiser les retombées locales», nous rappelle le site web des promoteurs. Pendant la phase de construction, environ 300 travailleurs seront requis.

(photo Facebook projet éolien Apuiat)

Autodétermination des Innus

L’autodétermination avec des services dispensés par et pour les Innus dans les communautés de la Côte-Nord est devenue clairement la priorité des chefs lors d’un sommet de la Nation innue en novembre 2022. Les organisations autochtones de la région prennent une place grandissante dans l’économie nord-côtière. Le parc éolien Apuiat évalué à 600M$ n’est qu’un exemple.

Sur le plan politique, l’autogouvernance est appelée à progresser en 2023 avec une stabilité des chefs presque tous réélus récemment autour de la table de la Nation innue. Le chef de la communauté innue d’Uashat mak Mani-utenam Mike Mckenzie a mis carte sur table, avant, pendant et après sa campagne électorale en 2022. ITUM chemine vers un enseignement par et pour les Innus, la prise en charge de la protection de la jeunesse et songe à créer une université à Uashat et un hôpital région innu.

Fin du chantier Romaine

Lancé en 2009 le chantier de construction de quatre centrales hydroélectriques sur la rivière Romaine sera complété en 2023, avec la fin des travaux de Romaine-4. Hydro-Québec dispose d’une puissance supplémentaire totale de 1550 mw avec ce complexe.

Au plus fort du chantier du complexe hydroélectrique de la Romaine, le Campement Mista était le lieu de vie de plus de 1500 travailleurs, à 115 km au nord de la Route 138 près de Havre-Saint-Pierre. Hydro-Québec estime que 45% de la main d’œuvre provenait de la Côte-Nord pour ce chantier qui se chiffrera au total à 7,2 milliards de dollars.

La faisabilité de mine Strange lake

Situé au nord de Schefferville, le plus important gisement de terres rares en Amérique du Nord fait l’objet de spéculation depuis plus de 20 ans. Le promoteur Métaux Torngat croit que les marchés sont enfin favorables. Il mise sur la fabrication d’aimants permanents pour les moteurs électriques. Les études de préfaisabilités seront effectuées en 2023 et l’ensemble des études pour 2024.

Torngat a conclu un partenariat sérieux pour l’investissement de 50M$US pour ces étapes. Le président Tom Gilman, anciennement président de Chrysler Canada, estime que le projet de Strange Lake jouera un rôle déterminant avec la hausse du transport en véhicules électriques. L’entreprise estime déjà que la construction des installations nécessitera un investissement total de 650 millions de dollars américains.

Champion Iron a de grandes ambitions

La compagnie minière qui a complété en 2022 des investissements massifs dans la Phase II à la mine de fer du lac Bloom n’a pas fini de grandir, aux dires même du président et chef de direction David Cataford. La baisse du prix du fer sur les marchés mondiaux jusqu’en novembre ne freine pas les ambitions de la compagnie, qui a racheté l’usine de boulette de fer abandonnée par Cliffs Mine Wabush à Pointe-Noire.

La compagnie québécoise Champion Iron attend en début de 2023 les résultats d’une étude de faisabilité pour son projet de 3e usine pour augmenter la teneur du minerai extrait près de Fermont, pour atteindre une pureté jusqu’à 69%. Le fer du Labrador va favoriser la production d’acier plus vert qui s’inscrit bien dans l’économie de l’avenir, selon David Cataford. Le président de Champion juge que la Côte-Nord dispose d’une expertise exceptionnelle pour permettre une reprise de la transformation à Sept-Îles et une participation à une chaîne d’approvisionnement plus verte pour l’industrie sidérurgique de l’avenir. Une étude de faisabilité sur le projet Pointe-Noire est aussi attendue en 2023.

Nouvelles aires protégées à Magpie et lac Walker

La Conférence internationale sur la biodiversité COP15 à Montréal a permis de cumuler de nouveaux appuis pour une protection de la rivière Magpie et empêcher la réalisation de projets hydroélectriques. Le dossier est élaboré et défendu par les leaders autochtones et politiques de la Minganie avec vigueur.

Le gouvernement de François Legault a pris des engagements pour la création de nouvelles aires protégées qui pourraient répondre à certaines attentes sur la Côte-Nord. La pression est forte pour y inclure la rivière Magpie. Les leaders politiques, le milieu touristique et l’organisme Environnement Côte-Nord réclament aussi depuis plusieurs années un parc national et une protection du territoire autour du lac le plus profond au Québec, le lac Walker au nord de Port-Cartier.