Abandon du projet GNL : Les Innus planifient une économie verte avec Apuiat

Clairement opposé au projet GNL Québec, les leaders Innus misent sue un futur parc éolien dans le secteur Pentecôte à Port-Cartier. (photo pixabay)

Les leaders des trois communautés innues dont les territoires ancestraux touchent la rivière Saguenay sont soulagés de la décision du gouvernement du Québec qui a confirmé la fin hier du projet de GNL Québec. Ils misent maintenant sur le futur parc éolien Apuiat à Port-Cartier pour une économie plus verte sur le Nitassinan.

Les Premières Nations de Mashteuiatsh, Essipit et Pessamit ont clairement répondu non en mai 2021, lors d’audiences du BAPE au projet de gaz naturel liquéfié. Elles ont rappelé leurs droits et leurs titres aborigènes reconnus. Les chefs autochtones avaient aussi réaffirmé qu’ils avaient à cœur le développement socioéconomique du territoire.

« L’abandon de GNL Québec ne représente pas pour nous une victoire contre un projet de développement économique, mais bien pour la protection du territoire et de l’environnement », a déclaré le vice chef des Innus de Mashteuiatsh, M. Charles-Édouard Verreault. Les trois communautés proposeront une série d’initiatives économiques structurantes.

L’hydroélectricité fait partie des énergies disponibles en quantité pour les leaders Innus, qui agiront comme leader en énergie éolienne. Ils misent aussi sur l’aluminium, les métaux stratégiques, les installations portuaires et les centres de recherche du Saguenay et de la Côte-Nord.  

Le chef des Innus d’Essipit, Martin Dufour, propose la tenue d’un sommet économique régional pour préparer le virage vers l’énergie verte qui s’amorce au Québec