Action Chômage Côte-Nord déplore encore des solutions temporaires pour un problème permanent

La travailleurs saisonniers profiteront d'une autre année de répit, mais le problème du trou noir n'est pas réglé. (Photo Archive Usine Umek Sept-Îles)

Le budget fédéral de lundi a reporté d’un an la mise en place d’un programme d’assurance-emploi adapté à la réalité des industries saisonnières, selon Action Chômage Côte-Nord. Pour une deuxième année en raison de la pandémie, le gouvernement fixe un seuil d’admissibilité universel de 420 heures et permet 14 semaines de prestations aux travailleurs pour éliminer le trou noir.

Le problème reviendra dans un an, craint Action Chômage Côte-Nord. Le fédéral annonce une consultation en vue d’une réforme de l’assurance-emploi dans un an. Les groupes et les syndicats jugent inutile une autre consultation. Même le milieu des affaires appuie un programme adapté à la réalité des industries saisonnières.

Le gouvernement a reconduit son projet pilote qui ajoute cinq semaines de prestations aux travailleurs touchés par le ralentissement économique. Il s’engage aussi à faire passer de 15 à 26 semaines de façon permanente les prestations pour maladie.

Pour la coordonnatrice d’Action Chômage Côte-Nord Line Sirois, les mesures annoncées au budget font un pas dans la bonne direction, mais sont insuffisantes.