Alouette un joueur solide dans l’industrie de l’aluminium en pleine traversée du désert

L'aluminerie Alouette de Sept-Îles

Le président et chef de direction de l’Association de l’aluminium du Canada Jean Simard, n’est pas inquiet pour l’avenir de Aluminerie Alouette de Sept-Îles qui navigue dans une industrie en pleine traversée du désert.

La croissance démesurée de la capacité de production d’aluminium en Chine impose une longue traversée du désert pour toutes les alumineries du Québec, selon Jean Simard. Les Chinois vendent au rabais. Le prix de la tonne d’aluminium atteint son plus bas niveau depuis 2009.

La bonne nouvelle c’est qu’il faudra doubler la production d’aluminium primaire d’ici 2050, mais ça se fait avec de très grandes alumineries. Il devient difficile de concurrencer l’aluminium subventionné de la Chine, constate Jean Simard.

Jean Simard, président AAC

Quelques usines dans le monde sont appelées à fermer en Amérique ou en Europe, mais Alouette demeure compétitif avec une usine moderne et performante qui traversera cette période difficile en conservant une part du marché américain croit le président et chef de direction de l’Association de l’aluminium du Canada Jean Simard.

Entrevue complète avec le président et chef de direction de l’Association de l’aluminium du Canada Jean Simard