Anticosti Patrimoine mondial | Trois ministres lancent une consultation pour protéger le fleuve entre l’île et la Côte

Reconnue «Patrimoine mondial UNESCO» depuis septembre, Anticosti doit profiter de l’hiver pour planifier la protection du territoire et l’accueil des visiteurs. (Photo Facebook Sépaq Anticosti)

Trois ministres sont de passage à Anticosti ce vendredi matin. Après l’annonce en septembre de la reconnaissance de l’île comme patrimoine mondial de l’UNESCO, les deux gouvernements lancent une consultation pour la création d’un parc marin entre l’île et la Côte-Nord.

Le ministre canadien de l’Environnement, Steven Guilbeault, ainsi que les ministres québécois Benoît Charrette et Kateri Champagne Jourdain, confirment des investissements pour protéger la biodiversité en Minganie. Il s’agit d’une première étape vers la création du Parc marin Anticosti-Mingan. Les gouvernements du Canada et du Québec rencontreront conjointement, dans les prochains mois, l’ensemble des parties concernées, dont les Premières Nations.

16M$ de Québec

Québec annonce des investissements totalisant près de 16 millions de dollars. Le ministre québécois de l’Environnement Benoit Charrette a expliqué que les investissements s’échelonneront sur 5 ans. Cinq millions serviront à améliorer le patrimoine bâti de la Sépaq Anticosti, alors que 10,5M$ sont investis dans les infrastructures de transports routiers.

« Le Québec est fermement résolu à protéger son patrimoine naturel unique au monde, comme à Anticosti, l’une de nos plus grandes fiertés nationales », de commenter le ministre Charrette.

« Anticosti est un joyau de notre région qui est maintenant reconnu mondialement. Je suis très fière d’annoncer ces investissements pour appuyer Anticosti dans différents secteurs prioritaires , déclare la députée de Duplessis et ministre responsable de la Côte-Nord Kateri Champagne Jourdain.

Anticosti veut plus

La municipalité et la MRC de Minganie saluent les annonces. La mairesse Hélène Boulanger a profité de l’occasion pour réitérer que la municipalité de l’Île-d’Anticosti a besoin de financement récurrent pour l’organisme de gestion et de mise en valeur du site du Patrimoine mondial, ainsi que pour la construction d’un centre d’interprétation et de recherche. 

« Nous espérons que le gouvernement du Québec y accordera une attention particulière et y répondra de manière positive lors du prochain budget au printemps. Cette opportunité est d’autant plus pertinente étant donné que l’année 2024 marquera le 50e anniversaire de l’achat de l’île par le gouvernement du Québec », souligne la mairesse

Le chef des Innus de Ekuanitshit Jean-Charles Piétacho souhaite que la protection de ce futur parc marin soit faite en collaboration étroite avec les Premières Nations, car la cogestion favorise la conservation à long terme de la biodiversité. « Nous, Innus de Ekuanitshit, avons à cœur la protection du Nitassinan que notre peuple utilise depuis des millénaires. Il est important de reconnaître la relation que nous entretenons avec notre territoire et la nature, en tant que protecteurs et intendants responsables.»