Après l’après-bal, la Saint-Jean approche, Éduc’alcool rappelle les risques associés à la consommation d’alcool chez les jeunes

Après l’après-bal, la Saint-Jean approche et durant la saison estivale, les jeunes auront plus d’une occasion dans les prochaines semaines pour consommer de l’alcool.

Lors d’une entrevue à la radio Plaisir 94,1, Madame Myriam Laventure, Ph.D., professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke nous a expliqué que la consommation d’alcool chez un jeune a des impacts sérieux sur le cerveau.

Lors d’une consommation excessive et récurrente, il est prouvé que nous observerons  un déclin plus rapide de la matière grise dans les régions frontales du cerveau (responsables des capacités nécessaires à la planification, la mémoire ou encore de l’attention).

Il est aussi prouvé que les jeunes ont 2,5 fois plus de risque de se retrouver en état d’ébriété ou de boire excessivement lorsqu’ils sont avec leurs amis, plutôt que dans une autre occasion. L’expression « plus on est de fous, plus on rit », pourrait également être «  plus on est d’amis, plus on boit ».

Madame Laventure recommande aux parents d’aborder la question quelques jours avant ou après un party, de ne pas stigmatiser la consommation et de souligner le plaisir d’une consommation modérée.

Fait intéressant, entre 2000 et 2019, le pourcentage de jeunes Québécois du secondaire ayant consommé de l’alcool dans la dernière année est passé de 71,3 % à 53,2 %, une nette diminution selon Éduc alcool.

Entrevue complète sur la consommation d’alcool chez les jeunes.

Entrevue avec Madame Myriam Laventure, Ph.D., professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke.