Après les cas de stérilisation à Sept-Îles, on ne peut plus nier le racisme, selon la présidente de Femmes autochtones du Québec

Marjolaine Étienne dialogue déjà avec le nouveau conseil des ministres. La voici au centre de la ministre de l’Emploi Kateri Champagne Jourdain et du ministre responsable des Relations avec les Premières Nations et les Inuit Ian lafrenière. (photo Facebook FAQ)

Femmes autochtones du Québec organise un grand rassemblement demain près de l’Assemblée nationale à Québec pour dénoncer le racisme systémique. Le récent rapport de recherche sur la stérilisation imposée indique clairement l’existence de racisme dans le système au Québec, affirme la présidente Innue de l’organisme Marjolaine Étienne.

Quatre cas ont été confirmés de stérilisation ou violence obstétricale auprès de femmes innues à l’hôpital de Sept-Îles. Les autorités du réseau de la santé ne peuvent plus nier ces faits, selon la présidente Femmes autochtones du Québec.

Extrait Marjolaine Étienne, présidente de Femmes Autochtones du Québec

Lire aussi : La stérilisation de force des femmes autochtones mise en lumière

La présidente Innue du groupe de femmes Marjolaine Étienne invitera demain le premier ministre Legault et son gouvernement à adopter le Principe de Joyce. La présence d’une première femme autochtone au conseil des ministres avec la députée de Duplessis Kateri Jourdain, est un atout, mais le gouvernement de la CAQ ne reconnaît toujours pas le racisme systémique, remarque la présidente Marjolaine Étienne.

Ce qui est arrivé à Joyce Etchaquan à Jolliet a fait réfléchir les Québécois, il faut maintenant agir selon la présidente de Femmes autochtones du Québec.

Extrait Marjolaine Étienne, présidente de Femmes Autochtones du Québec

Marjolaine Étienne rappelle que d’autres preuves accablantes ont été dévoilées pour les communautés isolées de la Basse-Côte-Nord. Le contenu du rapport sur la Loi 79 et celui de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles disparues ou assassinées devraient faire réfléchir les gouvernements, pense-t-elle. Le rassemblement de Femmes Autochtones du Québec se tiendra à 15h, devant la fontaine de Tourny près de l’Assemblée nationale.

«Le gouvernement du Québec ne peut plus fermer les yeux devant les préoccupations des femmes autochtones et les injustices raciales. La mobilisation conjointe des autochtones et des allochtones est nécessaire dans la lutte au racisme et à la discrimination», déclare Marjolaine Étienne, présidente de Femmes Autochtones du Québec.

Entrevue avec Marjolaine Étienne, présidente de Femmes Autochtones du Québec