ArcelorMittal et BioÉnergie AE Côte-Nord Canada remportent un prix Eurêka d’Écotech Québec

Des représentants d’ArcelorMittal, du Groupe Rémabec et de BioÉnergie AE Côte-Nord Canada lors de la remise officielle.

L’usine de bouletage d’ArcelorMittal à Port-Cartier est la première au monde à utiliser l’huile pyrolytique de façon continue. Le projet qui a permis le redémarrage de Bioénergie AE Côte-Nord a reçu le prix Eurêka! d’un Québec vert et prospère, d’Écotech Québec, dans la catégorie Ressources naturelles.

«Le partenariat que nous avons mis en place avec Bioénergie AE est un grand succès. Nous sommes fiers que nos efforts pour réduire notre empreinte carbone soient reconnus par l’industrie», déclare le président et chef de la direction d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada Mapi Mobwano. «L’intégration à notre usine de bouletage de l’huile pyrolytique produite à Port-Cartier est un projet structurant qui unit les deux grandes ressources de la Côte-Nord que sont le fer et la forêt et qui nous permet aussi de débuter ensemble la création d’un véritable écosystème énergétique régional. C’est toute la collectivité qui en bénéficie», ajoute-t-il.

L’utilisation de l’huile pyrolytique à l’usine de bouletage de Port-Cartier a débuté en juillet et plus de 1 million de litres ont été consommés à ce jour. Le rendement énergétique dépasse les attentes. ArcelorMittal a, par conséquent, décidé d’accélérer les travaux de conversion des autres zones pouvant accueillir l’huile pyrolytique dans ses deux lignes de production.

«Nous sommes ravis que nos efforts pour contribuer à rendre notre économie plus propre soient célébrés, commente le président du Groupe Rémabec Réjean Paré. L’huile que nous fournissons à ArcelorMittal nous permet de concrétiser notre volonté de produire localement une source d’énergie renouvelable qui contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre», explique-t-il.

BioÉnergie utilise les résidus de bois de la scierie d’Arbec Port-Cartier. Ce biocarburant renouvelable permettra, à terme, de réduire de 23% l’utilisation de mazout lourd à l’usine de bouletage de Port-Cartier.