ArcelorMittal prend au sérieux le virage vert à ses installations de Port-Cartier

ArcelorMittal chemine vers le carboneutre pour ses installations de Port-Cartier. (photo Complexe industriel d'ArcelorMittal de Port-Cartier)

Le succès de la nouvelle huile pyrolytique port-cartoise qui réduit l’utilisation de mazout lourd à l’usine de boulettes de fer d’ArcelorMittal Canada, est une étape importante. La minière vise à atteindre la carboneutralité d’ici 2050, en conservant ses parts de marché.

Devant l’efficacité du nouveau biocarburant de Port-Cartier, ArcelorMittal accélère la conversion de ses lignes de production au pyrolytique. Ensuite, la transition énergétique va avancer par étape.

L’usine de Port-Cartier passera à une production de boulettes de fer à réduction directe. L’ingénierie détaillée du projet sera complétée d’ici la fin de 2022. Les investissements pour la conversion à Port-Cartier suivront en 2023. L’usine de la Côte-Nord vise une production avant-gardiste de fer pour les aciéries de l’avenir.

Le biocarburant est une transition plus verte, vers d’autres énergies, explique la directrice des communications d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada, Annie Paré. La réflexion se poursuit sur les procédés écologiques du futur.

Extrait Annie Paré, ArcelorMittal

L’entente avec Biocarburant A.E. Côte-Nord, qui a uni le fer et la forêt en écosystème économique régional est porteuse d’avenir, selon la direction d’ArcelorMittal au Canada.

Entrevue avec la directrice des communications d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada, Annie Paré