Avec rancune, le président de Développement économique Port-Cartier regarde vers l’avenir

Le maire de Port-Cartier se réjouit de la relance de l’activité forestière avec la scierie d’Arbec et l’usine de biocarburant

Le président de la corporation Développement économique Port-Cartier, Gilles Couture, constate une démotivation au sein de l’équipe, mais veut se tourner vers l’avenir malgré la coupure de la subvention de la ville, qu’il juge désolante. L’économie locale n’a pas besoin de chicane, alors qu’il faut tout de suite s’investir pour maximiser les retombées des investissements dans le parc éolien Apuiat et chez ArcelorMittal.

Le conseil d’administration a puisé dans ses surplus pour pallier à la coupe de 100 000$, afin de garder ses deux employés et maintenir ses activités. Les défis dans le contexte actuel de pénurie de main d’œuvre et les obstacles à une relance de l’activité forestière avec la scierie d’Arbec et l’usine de biocarburant sont nombreux.

Ce projet s’inscrit en tête des priorités économiques pour Port-Cartier. Il n’a pas besoin d’une division des leaders locaux, selon Gilles Couture.

Entrevue avec Gilles Couture, président de la corporation Développement économique Port-Cartier

Ancien ingénieur minier à la retraite, Gilles Couture s’implique depuis plusieurs années pour un complexe intégré à Port-Cartier. Le projet est rationnel et cadre bien dans l’économie plus verte de l’avenir, croit-il. Il a besoin de leaders unis et responsables, selon le président de la corporation économique.

Personnellement Gilles Couture complète son mandat en juin. Il ne sait pas si la motivation lui reviendra pour poursuivre son implication. Le président de Développement Économique Port-Cartier n’a pas apprécié la façon de faire du maire et de trois conseillers municipaux. Il conserve un goût amer de la décision unilatérale et sans dialogue avec les dirigeants de la corporation.