Bilan de mandat : la députée Gill croit avoir bien défendu la Côte-Nord

La députée Marilène Gill et le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet

La députée de Manicouagan a convoqué la presse ce matin pour livrer le bilan de son deuxième mandat, écourté par le déclenchement des élections, hier. Marilène Gill ne voulait pas d’élection, mais fera campagne surtout pour une relance de l’économie.

Le Bloc Québécois a déposé un plan de relance qui pourrait inspirer le prochain gouvernement canadien, selon elle. La députée Gill a rappelé ce matin les engagements de son parti pour une relance des emplois en foresterie. Port-Cartier et Baie-Comeau en profiteront, assure la bloquiste de Manicouagan.

Marilène Gill entend être une porte-parole des Premières nations et défendre les droits des peuples autochtones. Elle réclame des gestes concrets de  réconciliation et une grande écoute dans le dossier des pensionnats.

La députée sortante se dit fière du travail accompli depuis la dernière élection, notamment comme vice-présidente du comité des Pêches et des Océans pour faire progresser l’idée de redonner aux gens de la Côte-Nord le droit de pêche récréative de certaines espèces. Elle croit avoir accompli son boulot en obtenant des fonds du gouvernement du Canada pour le prolongement de la Route 138 et sauvant les services postaux dans certains villages comme Kégaska et Moisie.