Camp de jour : la Ville de Sept-Îles recadre certains parents

Nouveau logo du camp de jour de Sept-Îles.

Face à des comportements inappropriés de la part de certains parents, la Ville de Sept-Îles demande de faire preuve de patience et de courtoisie pour venir récupérer les enfants. 

Le camp de jour dans sa nouvelle version centralisée fait déjà couler de l’encre. On pouvait lire sur les réseaux sociaux dès lundi soir certains commentaires de parents mécontents qui avaient attendu de 30 minutes à 1 heure pour pouvoir récupérer leurs enfants. 

Cela ne s’est pas limité aux réseaux sociaux, les moniteurs ont subi les foudres de certains parents directement à la sortie de l’école Jean-du-Nord. « Certains parents ont eu un comportement et des paroles inacceptables » explique la responsable des communications à la Ville de Sept-Îles, Amélie Robillard. 

Même si la majorité des parents se sont montrés compréhensifs, la ville a rappelé aux parents le code de bonne conduite, par le biais de ses réseaux sociaux. La responsable des communications tient d’ailleurs à rappeler que les moniteurs sont jeunes et qu’il faut en tenir compte.

 Des obligations à respecter

Ce temps d’attente s’explique par des obligations que la ville doit respecter pour la sécurité des jeunes. La carte d’identité est demandée à l’adulte avant de lui laisser l’enfant. « On est tenus à le faire respecter pour être accrédité par l’Association des camps du Québec ». 

Si les premiers jours n’ont pas été parfaits, Amélie Robillard constate déjà une amélioration « c’était nouveau pour le personnel et les parents, on ajuste le fonctionnement et j’entends du terrain que c’est beaucoup mieux. »