Campus universitaire : le recteur de l’Université du Québec à Chicoutimi en visite officielle à Sept-Îles

Pavillon universitaire Alouette

Une délégation de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) sera à Sept-Îles, jeudi et vendredi prochain. Il s’agira d’une première visite officielle dans la ville nord-côtière pour Ghislain Samson, recteur de l’UQAC depuis juillet dernier.

En réponse à nos questions quant au moment où l’annonce de l’installation de programmes et d’employés permanents au campus de Sept-Îles serait faite, Marie-France Audet, porte-parole de l’université, nous a répondu par courriel que le recteur serait accompagné de « toute une délégation de l’UQAC » jeudi et vendredi prochain, et qu’il serait en mesure de répondre à nos questions et à « discuter des projets de développement [de l’université] à Sept-Îles » à ce moment.

Le campus universitaire de l’UQAC à Sept-Îles existe depuis 2014. Le maire sortant, Réjean Porlier, ne cache pas ses ambitions pour ce pôle universitaire. Dans une entrevue récente, le maire Porlier nous expliquait que l’installation permanente de programmes universitaires à Sept-Îles représentait une des solutions au renversement du déclin démographique de la région. « Le premier élément clé pour renverser la tendance, c’est l’éducation, c’est la diplomation. Beaucoup de jeunes de la Côte-Nord quittent pour aller étudier ailleurs, puis la plupart ne reviennent pas », a soutenu le maire pour qui la bonification de la formation universitaire dans la ville qu’il dirige s’en vient. « On va avoir des ressources permanentes au niveau de la formation universitaire », a soutenu Réjean Porlier qui disait espérer une annonce avant la fin de son mandat.

Le maire de Sept-Îles estime que la région possède tous les attributs pour accueillir des formations spécialisées, comme le génie et l’environnement, grâce à la présence d’entreprises de pointe sur son territoire, dont Aluminerie Alouette. « Si j’avais des jeunes de l’extérieur qui venaient faire leur formation ici, la grande industrie offre tellement de possibilités de formations de toutes sortes, si on amène ce système-là, on réussirait à renverser la tendance [du déclin démographique] », a ajouté le maire Porlier.