Cette pandémie fait mal à nos ados… et leurs parents

L'école et ses nombreuses sociales parascolaires manquent à bien des jeunes à Sept-Îles. (Photo Archive)

Les adolescents sont les plus touchés par le confinement et la distanciation, affirme une spécialiste en santé mentale des jeunes, Docteure en éducation Julie Lane. Les parents n’étaient pas outillés pour une telle crise, constate-t-elle.

Des jeunes sont ébranlés et fragilisés par la fermeture des écoles secondaires jusqu’en août, pense Julie Lane, aussi directrice du Centre RBC d’expertise universitaire de Sherbrooke en santé mentale destiné aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes. La santé globale des jeunes en confinement la préoccupe beaucoup.

Le Centre RBC s’intéresse à la situation des ados dans le contexte de la crise sanitaire. Il a mis en place un plan d’action d’urgence pour aider les jeunes à vaincre stress et anxiété de la pandémie. La page Facebook et le site web du centre proposent plusieurs outils pour les jeunes et les parents. L’auteur David Goudreault porte-parole du Mouvement Santé mentale Québec adresse un message clair aux jeunes.

Voir la vidéo

Entrevue par Valérie Dionne et Jean St-Pierre avec Julie Lane directrice Centre RBC Doctorat en éducation, directrice du Centre RBC d’expertise universitaire de Sherbrooke en santé mentale destiné aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes