Champion Iron, une minière qui voit loin

Minerai de fer Québec, filiale de Champion Iron, a enregistré un record de production au cours de la dernière année.

Après l’inauguration de la phase 2 de la minière Champion Iron au Lac Bloom hier et l’annonce de l’acquisition de l’usine de bouletage à Sept-Îles, le président et chef de direction de Champion est fier du travail accompli.

Le 17 mai dernier, certains élus et acteurs du milieu économique se sont rendus par avion au Lac Bloom pour officialiser l’ouverture de la phase deux. À partir de maintenant, Champion aura la capacité de doubler sa production : « C’était incroyable de voir l’énergie de nos employés qui étaient extrêmement fiers de pouvoir livrer un projet quelques mois à l’avance », explique M. Cataford.

La phase 1 et 2 permettra à la minière d’opérer jusqu’en 2041, et même plus selon le président.

Pour l’étude de faisabilité pour transformer la matière extraite en boulette de fer, selon M. Cataford, c’est tout à fait logique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour augmenter la rentabilité. « Si on pense au futur, à réduire les GES, de vendre notre produit en Asie, ce n’est pas la solution à long terme qui est la plus logique. De pouvoir faire des boulettes de fer à haute pureté et de les vendre à des marchés qui sont plus proches, on va pouvoir bénéficier d’une réduction en terme de coût pour l’exportation en plus de bénéficier d’une meilleure marge de vente ».

Le président explique que selon les analyses, la boulette de fer à haute pureté est un matériaux qui sera de plus en plus en demande, autant que le lithium, c’est pourquoi il faut commencer les démarches pour transformer la matière première ici.

Entrevue avec le président et chef de direction de Champion, David Cataford.