Chantier Romaine 4 | Immersion dans le Campement Mista

Au plus fort du chantier du complexe hydroélectrique de la Romaine, le Campement Mista était le lieu de vie de plus de 1500 travailleurs. À 115 km au nord de la Route 138, niché entre deux montagnes, c’est comme un village qui sort de nulle part. 

Avec pas moins de 125 bâtiments, le Campement Mista n’a de campement que le nom. Ici, toute une communauté de travailleurs vient se reposer, mais pas que. C’est un véritable village qui a été aménagé avec tout le confort et les loisirs nécessaires à la vie de plusieurs centaines de personnes. 

L’endroit a été construit à quelques kilomètres de la centrale Romaine-3 et est aussi utilisé par les travailleurs de la Romaine-4, dont le barrage est à une trentaine de kilomètres. 

Un dépanneur et même un gym

Le campement comprend 1680 lits. Côté loisirs, les travailleurs, qui restent généralement ici par période de deux semaines, ne sont pas en reste. L’été, le centre de loisirs accueille un terrain de balles et l’hiver, place à la glace. Il y a même un gymnase avec une salle de gym « pour se vider la tête », comme aime dire le chef de chantier Benjamin Ben Achour.

C’est là où on se retrouve tous – Benjamin Ben Achour. 

700 kg de denrées alimentaires par jour

Tous ces travailleurs, il faut les nourrir, un travail de titan puisque les équipes préparent pas moins 700 kg de denrées alimentaires chaque soir. 

En plus de ça, les travailleurs peuvent aller faire tous les achats de première nécessité dans un petit dépanneur ou même partager un verre dans le bar.

La clinique médicale

Le campement est équipé d’un centre de santé avec une équipe de premiers répondants présente en tout temps en cas de besoins médicaux et pour tous types d’urgence. 

« Nos équipes sont même formées pour aller en renfort à Havre-Saint-Pierre, dans le cas d’un gros accident aérien par exemple », confie le chef prévention et sécurité pour Hydro-Québec, Gratien Roussel. 

Quel avenir pour un tel campement ? 

Avec la fin du chantier prévue l’année prochaine, l’avenir du campement se pose. Son prédécesseur, le campement des Murailles qui avait servi d’hébergement pour les chantiers Romaine 1 et 2, a été totalement fermé en 2016, laissant un bien grand vide dans le secteur. 

Cette fois, Hydro-Québec veut faire différent. Émilie Paquet, conseillère Relations avec le milieu Côte-Nord explique que des discussions sont en cours avec les communautés : « on est en train de voir leur ouverture à donner une seconde vie au campement. »

Derrière cette volonté, la démarche environnementale est claire, souligne le chef de chantier Benjamin Ben Achour. 

Lire aussi –