Contraventions : Sept-Îles s’en sort bien, malgré la pandémie

Les effets de la pandémie de Covid-19 sont passés inaperçus dans les comptes de la ville de Sept-Îles en matière d’amendes et de pénalités, selon les états financiers de la municipalité consultés par Arsenal média. La ville a engrangé 458 780$ de revenus de contraventions en 2020. C’est 8% de plus qu’en 2019, malgré les périodes de confinement répétées imposées par le gouvernement du Québec tout au long de la dernière année.

La situation observée à Sept-Îles contraste avec celle des autres principales villes de l’Est du Québec. Les revenus de contraventions ont littéralement fondu à Port-Cartier, Matane et Gaspé, au cours de la même période.

À Port-Cartier, les revenus de ce type ont reculé de 29% entre 2020 et 2019, pour s’établir à 33 896$.

Le recul est encore plus prononcé de l’autre côté du fleuve. À Matane, les sommes tirées des amendes et pénalités se sont élevées à 110 950$ en 2020. C’est 76,2% de moins que l’année précédente.

Avec un maigre 11 788$, Gaspé a pour sa part vécu une véritable hécatombe dans ses revenus de contraventions au cours de la pandémie de Covid-19. Les revenus d’amendes et de pénalités de la principale ville gaspésienne ont chuté de 89,5% entre 2020 et 2019.

Au-delà des nombres absolus, Sept-Îles est également celle qui s’en tire le mieux en termes de revenus de contraventions par habitant, malgré la pandémie et les confinements. La municipalité a engrangé 18,32$ par habitant en contraventions en 2020, comparativement à 5,18$ par habitant pour Port-Cartier.

Sur la rive Sud, les revenus par habitant en termes d’amendes et de pénalités se sont élevés à 7,89$ à Matane et à 0,79$ à Gaspé en 2020.

Le maire de Sept-Iles, Réjean Porlier, explique que les raisons de la performance de sa ville dans ses revenus de contraventions peuvent être nombreuses. Monsieur Porlier souligne notamment les demandes répétées des citoyens pour une plus grande présence des policiers de la Sûreté du Québec dans la ville. Si les policiers sont plus présents, indique le maire Porlier, il est peut-être normal que plus de contraventions soient émises.