De meilleures conditions au Pen de Port-Cartier entraînent une pénurie à la prison de Sept-Îles

Le Septilien de 27 ans est décédé dans un Établissement fédéral à Renous au Nouveau-Brunswick.

La pénurie de main-d’œuvre entraîne beaucoup d’heures supplémentaires, de l’absentéisme et une surcharge de travail pour les agents de la paix de la prison de Sept-Îles. Les meilleures conditions et les salaires au pénitencier fédéral de Port-Cartier accentuent le problème de recrutement et rétention à Sept-Îles, selon la CSN Côte-Nord qui représente les employés des deux établissements.

Le syndicat profite de la négociation pour le renouvellement de la convention collective des agents de la paix du Québec pour améliorer l’attractivité des emplois dans les prisons de Baie-Comeau et Sept-Îles, en compétition avec le Service correctionnel canadien qui recrute pour Port-Cartier.

Le président de la CSN Côte-Nord, Guillaume Tremblay, comprend que la clientèle est plus exigeante au pénitencier de Port-Cartier, mais les agents de la paix de Sept-Îles méritent mieux dit-il.