Défi 1100 km l Frédéric Laflamme est sur la Côte-Nord

L’athlète de 36 ans a entrepris de marcher de Montréal à Sept-Îles pour la Fondation du cancer du sein il y a un mois. Macotenord.com a pris de ses nouvelles alors qu’il est rendu sur la Côte-Nord.

Après quelques détours par les montagnes dans Charlevoix, le sportif a regagné la route 138 pour prendre le traversier. « Je suis vraiment content. Psychologiquement je pensais que ça serait plus challengeant mais à date ça va super bien » raconte le sportif joint par téléphone.

Frédéric Laflamme a déjà réalisé plus de 700 kilomètres sur son objectif de 1100. Même si deux tiers du parcours sont derrière lui, le plus dur n’est pas fait raconte l’athlète de CrossFit. « À partir de Tadoussac je m’attend à ce que ce soit plus dur. Le réseau cellulaire est rare et j’aurai moins d’amis qui vont venir m’encourager pour marcher un bout avec moi. »

Il a réussi à respecter son rythme quotidien d’une moyenne de 30 kilomètres en alternant la marche et la course. « Je suis dans l’objectif qu’on avait prévu lors de ma préparation physique. »

Ce défi, Frédéric le dédie à sa mère qui a combattu un cancer pendant 3 ans jusqu’à son décès en 2019. Il espère amasser 25 000 $ pour la Fondation du cancer du sein. Sa cagnotte en ligne cumule déjà plus de 11 000 dollars de dons.

Persévérer malgré la douleur

Les grands défis sont accompagnés d’épreuves à surmonter et Frédéric subit la douleur d’une blessure à la jambe gauche depuis plusieurs semaines. « Il fallait s’y attendre. Je me suis donné une pause de deux jours pour diminuer la douleur et je suis reparti. » Outre cette blessure, le sportif remarque qu’il n’a pas d’ampoule ni d’irritation quelconque ce qui est remarquable étant donné le nombre d’heures qu’il passe à marcher et courir tous les jours.

Chaque jour, le parcours de Frédéric est en ligne sur le site Runkeeper pour le trouver sur la route afin de venir l’encourager.

« Le plus stressant, raconte Frédéric, c’est la proximité avec les autos quand je suis au bord de la route. » Il regrette que de nombreux automobilistes ne soient pas concentrés et le voient au dernier moment lui créant quelques frayeurs. Pourtant il est bien visible avec la poussette qu’il pousse ornée d’un ruban rose.

Vers des retrouvailles à Port-Cartier

Avec son arrivée sur la Côte-Nord, Frédéric est de retour dans son coin de pays natal. Il a grandi à Port-Cartier et fait ses études au Cégep de Sept-Îles avant d’habiter à Québec. C’est à Port-Cartier qu’il retrouvera son père dans les prochaines semaines avant d’atteindre son objectif final à Sept-Îles.