Des adversaires de la CAQ surveilleront les performances de Kateri C. Jourdain

Marilou Vanier et Paul St-Pierre-Plamondon ont fait campagne jusqu'au bout pour le Parti Québécois. (photo dimanche 2 octobre à Sept-Îles

La péquiste Marilou Vanier ne prend pas personnel la défaite du PQ dans le château fort Duplessis où les gens votent majoritairement pour le Parti Québécois depuis 1976. Comme le conservateur Roberto Stéa troisième au final de l’élection dans Duplessis, elle surveillera les faits et gestes de la gagnante Kateri Jourdain.

Rappelons que la première femme autochtone élue à l’Assemblée nationale du Québec, Kateri Jourdain de la CAQ a obtenu 45,22% des suffrages hier dans Duplessis, contre 25,32% pour le PQ. Roberto Stéa du Parti conservateur a cumulé 16% de vote, Québec solidaire 8,44% et le Parti libéral 4%.

Pire performance du PQ

La candidate péquiste enregistre la pire performance du Parti Québécois en 50 ans dans Duplessis. Marilou Vanier a tout de même senti une remontée de l’option souverainiste pendant la campagne. Elle aurait aimé avoir plus de temps pour convaincre les électeurs.

Marilou Vanier estime que les citoyens de Duplessis avaient le goût du pouvoir, en espérant voir se réaliser des projets attendus depuis longtemps, comme le pont sur le Saguenay.

Entrevue avec Marilou Vanier, candidate défaite du PQ Duplessis

Trop faible participation, selon Stéa

Rejoint hier soir également, le candidat conservateur Roberto Stéa est satisfait de sa campagne. Avec 16% des suffrages exprimés, il a obtenu un résultat supérieur à la moyenne du Parti conservateur d’Éric Duhaime qui cumule 13% dans l’ensemble du Québec.

Roberto Stéa est surtout déçu du faible taux de participation dans l’est de la Côte-Nord, avec 54,31% des citoyens inscrits à la liste électorale qui se sont exprimés. Le conservateur donne la chance aux coureurs et félicite les deux candidats de la CAQ élus sur la Côte-Nord.

Il leur rappelle leurs promesses pour un pont sur le Saguenay, et l’amélioration de la fiabilité du transport aérien, entre autres. Les gens de la Côte-Nord ont des attentent très fortes après avoir voté massivement pour le parti au pouvoir selon lui. Roberto Stéa réclame une réforme du mode de scrutin. Son parti ne sera pas représenté à l’Assemblée nationale du Québec.