Des chefs Innus se désolent de voir que la tente pour itinérants Raphaël-André ne suffit pas

Les chefs Innus soutiennent les activités à l'Espace Raphaël-André.

Conscients que plusieurs Innus de la Côte-Nord se retrouvent en situation d’itinérance, plusieurs chefs Innus se désolent de voir que la Tente Raphaël-André au Square Cabot à Montréal ne répond pas à tous les besoins. On y sert des centaines de repas par jour, mais elle ne peut héberger que 16 personnes la nuit.

Plusieurs groupes ont encore dénoncé samedi la lenteur de la Ville de Montréal pour apporter une aide plus soutenue aux itinérants, dont plusieurs sont des Autochtones. L’Espace Raphaël-André a été créé après le décès dans le froid en janvier dernier de cet Innu dans un cabinet de toilette chimique au centre-ville de Montréal pendant la pandémie.

Le chef de Matimekush-Lac-John, Réal McKenzie, a constaté sur place la semaine dernière qu’entre 400 et 500 itinérants fréquentent quotidiennement la trop petite tente qui porte le nom d’un Innu de sa communauté. Les repas sont fournis par un organisme financé par les Premières Nations.

Le chef d’Ekuanitshit Jean-Charles Piétacho a accepté la responsabilité du dossier de l’itinérance pour la Nation innue. Il croit que malgré le dynamisme économique dans certaines communautés, il ne faut pas oublier la réalité des Innus qui se retrouvent dépaysés dans les grandes villes.

Porte-parole de la Nation innue, le chef Innu Jean-Charles Piétacho a discuté du dossier de l’itinérance avec la mairesse Valérie Plante.