Des commerçants de Sept-Îles ont besoin d’aide

Le président de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Maliotenam David Héroux (photo: Facebook ccsium)

La Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Maliotenam cherche des solutions pour aider certains entrepreneurs à traverser une crise sans précédent. Le président David Héroux souhaite plus de flexibilité dans l’aide gouvernementale.

Les entreprises doivent démontrer leur perte de revenus pour être éligibles à la subvention salariale d’urgence du Canada, ce qui n’est pas toujours immédiatement possible, constate David Héroux. Il réclame un accès aux liquidités offertes temporairement par l’État avec une vérification ultérieure des affaires de l’entreprise.

De son côté, la Fédération des chambres de commerce du Québec exige une révision de la Prestation canadienne d’urgence PCU et de la PCU pour étudiants, qui nuit au recrutement de main d’œuvre. Le président David Héroux donne l’exemple de Sept-Îles où les entreprises touristiques éprouvaient de la difficulté à recruter pendant la saison estivale 2019. Il craint que les programmes gouvernementaux trop généreux compliquent encore le recrutement pour l’été 2020 malgré le ralentissement.