Des Innus rendent hommage au père Ali qui quitte sa Côte-Nord d’adoption

Le père Ali en train vers Schefferville (photo Rachel Savage, revue Notre-Dame-du-Cap)

Les hommages se sont multipliés avant le départ du père Nnaemeka Ali en début de semaine. Il retourne aux études à Ottawa, après 8 ans en mission dans les communautés innues d’Ekuanitshit, Matimekush-Lac-John, Uashat mak Maliotenam. Le missionnaire originaire du Nigéria s’est impliqué avec dévotion auprès des familles innues, mais aussi dans sa lutte contre le racisme sur la Côte-Nord.

Le père Ali est arrivé directement d’Afrique pour débarquer sur la Côte-Nord en plein hiver en 2014. Il parcourt depuis ce temps le Nitassinan en partageant des grandes joies et des grandes peines en célébrant des baptêmes, des mariages et des funérailles.

Il a aussi formé un regroupement régional des gens de couleurs à Sept-Îles en février 2020 dans le cadre du mois de l’histoire des Noirs. Le prêtre des Innus s’est intégré en prenant le temps d’écouter les gens de la Côte, de comprendre les différences et de communier avec les familles et leur culture.

Nnaemeka Ali Oblat de Marie-Immaculée (OMI) à la Mission Innue de l’église Saint-Georges de Mingan (crédit photo: Mélanie Mollen)

Même si le racisme existe sur la Côte-Nord comme partout ailleurs, pour Nnaemeka Ali le rapprochement de plus en plus harmonieux entre les Innus et les autres Nord-Côtiers peut inspirer des Immigrants de partout à choisir la région qui fut sa terre d’accueil.

Le prêtre oblat a été honoré par les Aînés à Ekuanitshit dimanche, par le comité de liturgie d’Uashat mak Maliotenam et le Diocèse de Baie-Comeau, entre autres. Des chefs et plusieurs paroissiens des communautés innues lui ont écrit des remerciements, des vœux de succès pour ses études et des invitations à revenir sur le territoire.