Deux groupes criminalisés se disputent le contrôle de la drogue et la prostitution à Sept-Îles, pense la SQ

L'agent d'information pour la Sûreté du Québec, le sergent Hugues Beaulieu (Photo Benjamin Ducornait - Macotenord.com)

La Sûreté du Québec n’a pas encore toute l’information pour une arrestation, mais commence à comprendre ce qui se passe à Sept-Îles où des coups de feu ont été tirés vendredi soir d’un véhicule vers un autre sur la route 138.

Arrivé en renfort sur la Côte-Nord, l’agent de communication de la SQ Hugues Beaulieu a indiqué en entrevue à macotenord.com que deux groupes se disputent le marché lucratif de la drogue et de la prostitution.

Extrait Hugues Beaulieu

Les policiers de la Sûreté du Québec ont repris leur opération de sensibilisation et de cueillette d’information hier au centre-ville à Sept-Îles. Ils vont à la rencontre des citoyens à la suite des récents coups de feu. Les agents de police seront visibles dans les restaurants, les stations-service et autres lieux publics toute la semaine. À deux reprises en quelques semaines, des projectiles d’arme à feu ont atteint des résidences de Sept-Îles.

Le porte-parole de la SQ invite les citoyens à ne pas hésiter à aller à la rencontre des policiers ou à communiquer au 911. « Quelqu’un a peut-être le détail qu’il nous manque pour agir », affirme Hugues Beaulieu.

Entrevue avec Hugues Beaulieu, agent de communication de la Sûreté du Québec pour la Côte-Nord

SQ équipée pour agir

La Sûreté du Québec veut limiter les dégâts liés aux conflits entre deux bandes et donner un grand coup dans la lutte au crime organisé en région. Le porte-parole Hugues Beaulieu précise que depuis la hausse de la violence dans certaines villes de l’Est du Québec, plusieurs arrestations ont été effectuées, dont une cinquantaine sur la Côte-Nord.  

Des effectifs policiers supplémentaires sont ajoutés à Sept-Îles. Diverses escouades spécialisées réalisent du travail d’enquête. D’autres spécialistes du crime de la SQ débarqueront le week-end prochain sur la Côte-Nord.

Hugues Beaulieu précise que la SQ travaille de mèche avec la Sécurité publique de Uashat mak Maliotenam (SPUM) tant pour les enquêtes, la cueillette d’information que les interventions policières en respectant le territoire de chacun. « Il n’y a pas de frontière pour la criminalité. On doit s’adapter et travailler ensemble avec la GRC et les corps policiers autochtones. »