Elle n’a pas abandonné son enfant, elle m’a confié ce qui est le plus cher à ses yeux

Uapukuniss, la dernière venue dans la famille Fontaine-Grégoire (crédit photo:courtoisie)

Chez les peuples autochtones, l’adoption coutumière existe depuis belles lurettes. Il s’agit de confier son enfant à une personne de confiance, tout en pouvant rester présent dans la vie de sa progéniture. Meggie Fontaine a reçu cet honneur, de la part d’une personne de son entourage. Elle est l’heureuse maman d’une magnifique petite fille, née en juin dernier.

Une personne proche de Meggie Fontaine a appris, l’an dernier, qu’elle était enceinte. Sa famille étant déjà complète, et ne souhaitant pas pour autant se faire avorter, elle a demandé à son amie si elle désirait adopter son enfant, selon des coutumes autochtones, existant depuis des millénaires, et reconnues depuis 2018 par le Code civil du Québec.

« Chez les « blancs », donner en adoption signifie abandonner son enfant ! Les services sociaux nous l’on carrément dit. Mais chez les Innus, l’adoption coutumière signifie confier ce que tu as de plus précieux, ton enfant, à une personne en qui tu as confiance », partage Meggie Fontaine, déjà mère de deux enfants, sans oublier celui de son conjoint.

Une enfant bien entourée

Meggie Fontaine considère que son petit bébé est choyé. Sa petite Uapukuniss, qui veut dire petite fleur en langue Innue, est prénommée ainsi, afin de faire un clin-d’œil à sa mère biologique, du nom de famille Bellefleur. Les deux mamans sont très proches, et chacune aura son rôle à jouer dans la vie de Uapukuniss.

« Ta maman t’as confiée à nous, et nous étions tellement contents de cette nouvelle. Tu es l’enfant la plus chanceuse de l’univers. Tu reçois deux fois plus d’amour que tous les autres enfants. », partage Meggie sur sa page Facebook, précisant que les parents biologiques prennent des nouvelles d’elle régulièrement.

Si le dicton africain, disant que: Ça prend un village pour élever un enfant, est réel, la petite Uapukuniss sera bien outillée. Elle a 2 mamans, 2 papas, 4 mamies et beaucoup d’amour de toutes ces familles élargies. Tous travaillent ensemble, afin de donner le meilleur à cette petite fille. Meggie était d’ailleurs présente à l’accouchement, et c’est elle qui a eu l’honneur de couper le cordon ombilical, imageant la passation du flambeau.

« Tu n’as pas été abandonnée, tu as été confiée à nous », partage également la dame, qui se considère extrêmement chanceuse.

L’adoption et la tutelle coutumière sont maintenant reconnues comme plans de vie possibles, pour les jeunes placés par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).