Environnement Côte-Nord célèbre son 30e anniversaire, conscient qu’il reste du chemin à faire

Environnement Côte-Nord place en priorité le projet d'aire protégée par la création d'un parc national au lac Walker. (Photo Jean St-Pierre, Macotenerd.com)

Les mentalités ont changé depuis la fondation, il y a 30 ans, du Conseil régional de l’environnement devenu Environnement Côte-Nord. Les citoyens et les gouvernements adhèrent majoritairement au virage vers une économie verte, mais il reste à passer à l’action, selon la directrice adjointe, Caroline Cloutier.

Le milieu des militants pour la protection de la nature a évolué, observe Madame Cloutier. Il est moins en réaction et dans la dénonciation, pour favoriser la recherche et la mise en œuvre de solutions.

Une COP Côte-Nord

Une rencontre de concertation de type COP Côte-Nord a permis de discuter des enjeux régionaux de la perte de biodiversité. La création des aires protégées autour du lac Walker, au nord de Port-Cartier et de la rivière Magpie en Minganie, apparait une des actions prioritaires.

«Il y a beaucoup de choses dans la boite à outils pour améliorer le bilan écologique de la région. Il est temps de lancer le chantier», selon la porte-parole d’Environnement Côte-Nord.

Entrevue par Caroline Cloutier, adjointe à la Direction générale Environnement Côte-Nord

Sur la Côte-Nord, les organismes en environnement doivent encore combattre cette impression qu’ont certaines personnes de vivre sur un vaste territoire et que la biodiversité est protégée.

Une espèce sur cinq est en voie de disparition au Canada, rappelle Caroline Cloutier. La Côte-Nord n’est pas à l’abri avec l’inscription à la liste d’espèces vedettes comme le rorqual commun et le caribou forestier.