Fin des barrages routiers: «Un vent de liberté vient avec le printemps, mais c’est une liberté qui doit être dosée»

En point de presse, un de nos collègues journalistes a partagé à Horacio Arruda les craintes de plusieurs résidents des régions à propos de la levée des barrages routiers.

C’est normal que quand on commence à déconfiner, qu’on enlève certaines mesures. Par contre, ça ne veut pas dire que tout le monde peut commencer à partir et s’en aller ailleurs. Je sais qu’il y a un grand appétit pour les chalets. On va « monitorer » les choses, et si des situations problématiques sont rapportées, on va réévaluer avec la sécurité publique.

Puis, Horaccio Arruda s’est lancé dans un grand élan de poésie, évoquant un vent de liberté qui vient avec le printemps, mais un vent de liberté qui doit être dosé.

Il y a comme un vent de liberté qui vient avec le printemps, qui vient avec le déconfinement, mais c’est un vent de liberté qui doit être dosé. On ne peut pas empêcher complètement toute circulation à travers le Québec.