Forte hausse des demandes d’aide en santé mentale sur la Côte-Nord

L’APAME a traité, en un an, à Sept-Îles 950 demandes d’aide de proches de personnes vivant avec un trouble mental. C’est quatre fois plus qu’avant la pandémie. Malgré cette forte hausse, les groupes d’entraide de la région répondent rapidement aux besoins de leur clientèle, assure le président du Regroupement des organismes communautaires en santé mentale de la Côte-Nord, Stephan Bourgoin.

Selon lui, l’annonce d’un diagnostic de maladie mentale peut avoir l’effet d’un tsunami dans une famille et il est normal que l’ensemble des membres en soit fortement perturbé. En cette Semaine de sensibilisation sur les maladies mentales, le directeur de l’Association Parents et Amis du Malade Émotionnel (APAME) Stephan Bourgoin explique que c’est normal d’avoir des réactions d’incompréhension après un diagnostic.

Les délais sont parfois épouvantables dans le réseau de la santé sur la Côte-Nord pour certains services. Ça prend jusqu’à deux ans pour obtenir un rendez-vous avec une psychologue à Sept-Îles, mais le milieu communautaire compense, soutient Stephan Bourgoin.

Entrevue avec Stephan Bourgoin, directeur de l’APEME Est de la Côte-Nord et président du Regroupement des organismes communautaires en santé mentale de la Côte-Nord

Une vingtaine d’organismes en santé mentale proposent des services sur la Côte-Nord. Le Réseau «Avant de craquer» a mis en ligne différents outils comme un guide interactif et le programme CAP vers les solutions.