Frédéric Gagnon veut que cessent les contestations d’un petit groupe qui freine le développement de Sept-Îles

Frédéric Gagnon

L’homme d’affaires Frédéric Gagnon s’est pointé à l’Hôtel de Ville de Sept-Îles ce lundi pour dénoncer le frein au développement occasionné par les contestations d’un comité de citoyens dans les dossiers de l’eau potable au lac Rapide et du développement domiciliaire. «Leurs démarches coûtent cher aux promoteurs et à la Ville. Il faut que ça change», selon le propriétaire de Remorquage FG.

L’homme d’affaires a vite obtenu l’appui du maire et de la conseillère Guylaine Lejeune. Steeve Beaupré calcule que la MRC et la Ville de Sept-Îles assument des dizaines de milliers de dollars de frais d’avocats et ou en ressource humaine pour répondre à des contestations juridiques devant la Commission municipale du Québec et des demandes d’accès à l’information.

Le maire précise qu’il s’agit toujours du même groupe. «Leurs démarches nuisent à des projets essentiels à Sept-Îles qui a un urgent besoin de logements et de terrains pour de la construction résidentielle», se désole Frédéric Gagnon. Il affirme qu’un promoteur privé d’un projet domiciliaire doit payer 60 000$ d’avocats.

La conseillère Guylaine Lejeune trouve dommage de voir «un petit groupe qui n’a pas un grand fan club à Sept-Îles», se mobiliser contre des projets structurants, même s’ils le font en respect des droits et règlements en vigueur.