Gill et le Bloc déplorent un recul d’Ottawa dans la réconciliation avec les Autochtones

La députée Marilène Gill et le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet

La porte-parole du Bloc Québécois pour les Affaires autochtones et députée de Manicouagan s’indigne de la décision d’Ottawa d’aller en appel en ce qui a trait aux indemnisations versées aux enfants autochtones. «Alors que Justin Trudeau n’a pas cessé de vanter son bilan en réconciliation, l’hypocrisie du gouvernement libéral se révèle dans toute sa splendeur», dénonce Marilène Gill.

La députée de la Côte-Nord Marilène Gill rappelle que le litige perdure depuis quatorze ans déjà, dont six années de gouvernement Trudeau. Les libéraux affirment maintenant qu’ils veulent négocier une entente hors cour. C’est de mauvaise foi de ne pas l’avoir tenté plus tôt, selon la députée Gill.

Le Bloc croit que l’objet de cette manœuvre n’est autre que de faire traîner les choses en longueur en espérant économiser. «Le gouvernement Tudeau essaye de noyer le poisson, selon la porte-parole en matière autochtone. Il reconnaît le Principe de Jordan d’un côté et de l’autre, il fait tout pour éviter de payer. Profiter du fait que le premier ministre est à l’étranger et annoncer ça un vendredi soir, c’est tout simplement cynique», conclut Marilène Gill.

Lire aussi : La députée Gill ne cherchera pas la confrontation dans le prochain mandat