Grève légale la plus perturbatrice de l’histoire du secteur préhospitalier au Québec

Les paramédics ont déclenché une une grève dite perturbatrice ce mercredi 16 mars 2022. « Une grève légale la plus perturbatrice de l’histoire du secteur préhospitalier au Québec. », selon la CSN.

Ils demandent un ajustement salarial permettant d’assurer l’équité avec les autres emplois des secteurs de la sécurité publique et hospitalier, mais aussi de terminer leur quart de travail à l’heure et de manger à l’heure prévue. Ils réclament aussi l’élimination des horaires dits « de faction », des horaires de travail désuets en vertu desquels les paramédics sont sur appel 24 h sur 24 durant sept jours consécutifs.

Les paramédics étaient en grève de juillet 2021 à février 2022, mais rien n’a bougé, alors les 3 500 paramédics membres de la FSSS–CSN ajoutent des moyens de pression. Par exemple, une partie du personnel-cadre sera tenu de contribuer au maintien des services essentiels en prenant la route pour au moins 4 h par semaine, afin de remplacer des grévistes.

Une soixantaine d’ambulanciers et ambulancières se joignent au mouvement sur la Côte-Nord. Cependant, il n’y a pas beaucoup de cadres dans la région, ces nouveaux moyens de pression toucheront donc plus les grands centres, selon Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord à la CSN. Monsieur Tremblay rappelle que néanmoins, les moyens de pression administratifs se poursuivront.

Les travailleuses et les travailleurs du secteur préhospitalier sont sans convention collective depuis le 31 mars 2020.