H2 Green Steel veut être partenaire des Septiliens et des Innus

H2 Green Steel a construit une 'aciérie verte à Boden et étudie la possibilité d’en construire une autre à Pointe-Noire Sept-Îles.

Devant 130 personnes réunies à l’Hôtel Sept-Îles ce mardi midi, le chef du projet Shepekun Patrick Tobin s’est montré optimiste pour l’implantation d’une aciérie verte d’ici 2030. L’entreprise suédoise H2 Green Steel fait des Septiliens et des Innus ses partenaires et discute avec Québec pour obtenir le bloc d’énergie nécessaire.

Les six milliards de dollars d’investissements prévus serviront à l’aménagement de trois usines à Pointe-Noire-Sept-Îles, dont une usine d’hydrogène et une aciérie. H2GS complétera en 2024 le premier complexe mondial du genre au monde.

Le choix de Sept-Îles

La compagnie européenne a fait ses recherches pour trouver le meilleur site en Amérique. «Sept-Îles est apparu naturellement, puisque l’on recherchait un large bloc d’électricité, des installations ferroviaires et portuaires, et l’acceptabilité sociale.»

Le chef du projet Shepekun, Patrick Tobin a exprimé aux gens d’affaires réunis à Sept-Îles sa grande confiance en l’avenir du marché pour un acier produit sans émission de CO2. La moitié de la production prévue en Suède est déjà réservée par des clients potentiels, avant la mise en place de taxe sur le carbone.

Le financement d’un complexe de H2GS à Sept-Îles n’apparaît pas comme un obstacle. «Le nerf de la guerre, c’est d’obtenir un bloc d’hydroélectricité», selon le chef du projet Shepekun, Patrick Tobin.

L’entreprise réunit ses appuis politiques pour convaincre Hydro-Québec et le ministre de l’Énergie Pierre Fitzgibbon. Shepekun signifie vert. Le nom a été proposé par le président de la Société de Développement Économique de Uashat mak Maliotenam Kenny Régis.