Il faut maintenant de la pluie pour une bonne récolte de bleuets sur la Côte-Nord

La période des fleurs qui vient de finir, a été belle dans les champs de bleuets de Gallix.

Le quasi absence de pluie depuis le début de l’été ne perturbe pas la croissance des plants de bleuets de la Côte-Nord, mais le producteur de Gallix Denis Picard espère des précipitations au plus vite.

La neige abondante a gardé les champs de petits fruits à l’abri tout l’hiver. Elle a aussi gardé les lieux humides tout le printemps. La période des fleurs qui vient de finir, a été belle, explique Denis Picard.

Les fleurs viennent de tomber dans ses champs à Gallix. Les fruits sont prêts à grandir, mais ils auront besoin d’eau.

Prix très bas

Les plus grands soucis des producteurs de bleuets de la Côte-Nord depuis 3 ans se situent surtout au niveau du prix sur des marchés affectés par une hausse de la production mondiale. De dures négociations avec les transformateurs du Lac-St-Jean pour la récolte 2019, n’aboutissent pas sur des améliorations pour l’industrie des petits fruits de la Côte-Nord.

De son côté, Denis Picard est heureux d’avoir lancé les premières initiatives de transformation et de commercialisation du bleuet sur les marchés locaux. Il doit quand même vendre une partie de la production de Gallix à un acheteur du Lac-St-Jean.