Il ne manque que des investissements dans les PME et la forêt dans le budget, selon Michel Gignac

L'amas de copeaux empêche la relance de la scierie Arbec à Port-Cartier. L'usine de biocarburant est donc essentiel, selon Michel Gignac.

Le ministre des Finances a déposé, jeudi, un bon budget conservateur dans ses prévisions, mais Québec devra aider aussi les PME fragilisées par la pandémie et l’industrie forestière, croit le président de la Chambre de commerce de Port-Cartier Michel Gignac.

« La Côte-Nord profite déjà de la relance, grâce à ses ressources minières, mais la culture, le tourisme et la restauration évoluent encore avec des contraintes qui limitent la reprise », remarque Michel Gignac. La pénurie de main d’œuvre demeure entière pour les PME qui ne peuvent pas verser les salaires de la grande industrie, selon lui.

« À Port-Cartier, la relance passe par le complexe intégré avec l’usine de biocarburant. La nécessité d’améliorer le bilan environnemental chez ArcelorMittal va aider », croit le président de la Chambre de commerce de Port-Cartier.

Entrevue avec le président de la Chambre de commerce de Port-Cartier, Michel Gignac

« La scierie de Port-Cartier ne peut pas redémarrer sans déboucher pour la montagne de copeaux. La relance de l’usine de biocarburant est donc essentielle pour profiter du marché de la planche », explique Michel Gignac.