Jonathan Martel dévoile un projet d’usine d’ammoniac vert d’un milliard de dollars à Sept-Îles

TEAL Chimie & Énergie Inc a déjà une entente avec la Société ferroviaire et Portuaire pour un terrain près des installations portuaires à Pointe-Noire.

Une jeune compagnie présidée par l’ancien Septilien Jonathan Martel confirme ce matin ses démarches pour la construction à Pointe-Noire d’une usine de production d’hydrogène et d’ammoniac verts évaluée à environ un milliard de dollars. TEAL Chimie & Énergie Inc a déjà des ententes avec la Société ferroviaire et Portuaire, ainsi qu’une entreprise internationale pour commercialiser son carburant écologique.

Le président et directeur général de TEAL, basée à Magog, vise une mise en production d’ici 3 ou 4 ans. «Le projet de Sept-Îles représente une opportunité unique. La Côte-Nord répondra à la demande en ammoniac de l’ensemble du marché québécois, souligne Jonathan Martel. Les grandes industries de la région bénéficieront du facteur de proximité de l’usine pour diminuer leurs émissions de GES et décarboner leurs opérations», ajoute-t-il.

L’entreprise a réservé un terrain près du Quai 31 du Port de Sept-Îles à Pointe-Noire. Elle a déposé une proposition de partenariat à  la Société de développement économique d’Uashat mak Mani-utenam.

TEAL poursuit des négociations auprès d’Hydro-Québec et du gouvernement afin d’obtenir le bloc énergétique nécessaire à l’alimentation de l’usine. La demande de TEAL est assortie d’une proposition de valeur inédite pour Hydro-Québec qui permettrait à la société d’État d’ajouter plus de 100 millions de dollars à ses revenus par des exportations vers les États-Unis.