Journée nationale des Autochtones en période de réflexion sur le racisme

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec Ghislain Picard et le chef d’Uashat mak Maliotenam Mike McKenzie (photo Archive)

Dans une lettre à l’ensemble de la population du Québec pour la Journée nationale des Autochtones, le chef Ghislain Picard se désole de constater que des politiciens n’osent pas nommer un castor, un castor, dans leur réflexion sur le racisme, un sujet vif d’actualité sur la Côte-Nord et en Amérique du Nord.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador invite à réfléchir sur le racisme et les relations entre les peuples. Il nous invite Autochtones et Québécois, à nous accepter comme nous sommes.

Selon Ghislain Picard pendant que des gens font passer leurs intérêts politiques avant l’amélioration du vivre ensemble, d’autres montrent plus de courage et sont prêts à passer à l’action. L’APNQL et des chefs Innus de la Côte-Nord rappellent que les solutions sont inscrites dans les recommandations des rapports de plusieurs commissions qui confirment le racisme systémique envers les membres des Premières Nations au Québec et au Canada.

Par ailleurs, le Centre Amitié Autochtone de Sept-Îles a proposé un spectacle en tournée plein air hier, avec escale à l’école Manikoutai dans le cadre de la Journée nationale des Autochtones. En soirée une spectacle en direct sur le web mettant en scène Matiu, Scot Pien-Picard et le groupe Maten a aussi permis de célébrer en respectant les traditions culturelles des éditions d’avant la pandémie.