La baisse de la population de chevreuil à Anticosti ne compromet pas la chasse

Crédit photo: Clément Sabourin

Le ministère Forêts, Faune et Parcs défend son inventaire des cerfs de Virginie à Anticosti, remis en question par le maire et les gestionnaires de pourvoiries de l’île. La baisse de 80% de la population de chevreuils ne compromet pas la chasse et l’industrie touristique.

Les hivers rigoureux entraînent toujours un haut taux de mortalité. Anticosti en a connu quatre de suite, ce qui explique en partie la chute du nombre de chevreuils d’environ 166 000 à 37 000 bêtes. L’espèce se régénère rapidement par contre et les deux derniers hivers ont été cléments pour la survie des cerfs Menier.

Selon la porte-parole du ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs Catherine Thibeault, la densité de chevreuil à Anticosti demeure exceptionnellement élevée, il ne faut donc pas s’inquiéter pour l’avenir.

Catherine Thibeault, conseillère en communication ministère québécois Forêts, Faune et Parcs

Le cheptel de cerfs d’Anticosti était en surpopulation et en compétition pour la nourriture, à l’été en 2006 lors de la réalisation d’un inventaire aérien. Il a atteint un creux démographique en 2015, avant de reprendre une tendance à la hausse, selon les biologistes.

Entrevue avec Catherine Thibeault du ministère Forêts, Faune et Parcs