La Basse-Côte-Nord a un urgent besoin d’emplois

Le ralentissement économique de la pandémie appauvrit davantage la Basse-Côte-Nord. (photo bassecotenord.ca)

Une saison de pêche écourtée, la fermeture des frontières et la fin de la PCU contribuent à l’appauvrissement de la Basse-Côte-Nord en cette année de pandémie. Les maires interpellent Québec devant l’urgence d’une relance de l’économie et de l’emploi.

Pour la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, l’emploi est la grande priorité. Le préfet Randy Jones le répète au ministre responsable de la Côte-Nord Jonatan Julien à chaque occasion. Lorsque le ministre de l’Économie a demandé à chaque région de désigner un projet de relance économique post-COVID-19, la Basse-Côte a simplement répondu: des opportunités d’emplois pour nos travailleurs.

Plusieurs Coasters travailleurs saisonniers ont vu leur échapper plusieurs heures de boulot dans l’industrie de la pêche ou dans les pourvoiries de la région affectées par la fermeture de la frontière canado-américaine.

Par communiqué, la MRC qui couve le territoire de la Basse-Côte-Nord a rappelé que depuis l’élection du gouvernement caquiste en 2018, aucun ministre ne s’est rendu sur place pour se faire une idée de la réalité particulière de ces citoyens du Québec.