La clinique vétérinaire de Sept-Îles reçoit un patient impressionnant

Une pygargue a tête blanche a été soignée à la Clinique Vétérinaire Septilienne mercredi. (Photo : courtoisie)

Un oiseau de proie retrouvé affaibli à la plage Ferguson a été soigné à la Clinique vétérinaire de Sept-Îles mercredi.

La pygargue à tête blanche a été retrouvé par des agents de la faune après le signalement d’un citoyen qui avait aperçu l’animal qui ne semblait plus s’envoler.

«Il était faible, en hypothermie, amaigri et déshydraté lorsqu’il est arrivé ici», a raconté Mélanie Anctil, technicienne à la Clinique Vétérinaire Septilienne.

Les serres de la pygargue n’ont laissé personne indifférent. (Photo : courtoisie)

Après une radiographie, on a découvert ce qui semblait être des morceaux de métal à l’intérieur de l’oiseau. Une des hypothèses est qu’il souffrirait d’une intoxication au plomb après avoir mangé une carcasse d’orignal.

La pygargue a été transféré par des agents de la faune à l’hôpital vétérinaire de Manicouagan, où un spécialiste en animaux exotiques tentera de la soigner.

Un oiseau par Purolator

Lorsqu’elle reçoit des oiseaux de proie, la Clinique Vétérinaire Septilienne collabore avec l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) située à Saint-Hyacinthe. Un médecin vétérinaire spécialisé en la matière aide par téléphone pour le traitement de l’animal.

(Photo : courtoisie)

Dans les cinq dernières années, la clinique de Sept-Îles a reçu 25 oiseaux proie. Les pygargues sont toutefois très rares.

L’objectif est de les stabiliser pour pouvoir les transférer dans des établissements plus spécialisés.

«Ce n’est pas évident parce que pour les envoyer à l’UQROP, notre seul moyen c’est par Purolator, comme un colis», a expliqué Mme Anctil. «C’est un voyage éprouvant pour eux, mais parfois on pas d’autres options.»