La Coalition Union 138 n’a plus confiance aux ministres Julien et Bonnardel

Le maire de Sept-Îles Réjean Porlier s'est adressé aux 200 marcheurs pour le désenclavement à Baie-Comeau ce mardi matin. (Photo Union 138)

À l’invitation de la Coalition Union 138, plusieurs élus de la Côte-Nord se sont mobilisés ce mardi matin à Baie-Comeau, pour une marche demandant au gouvernement du Québec un échéancier pour le désenclavement de la région. Les leaders régionaux s’impatientent devant l’inaction de deux ministres, François Bonnardel et Jonatan Julien

L’idée de la Coalition Union 138 était d’enclaver l’édifice administratif de Transports Québec sur la Côte-Nord, pour lancer un message clair au ministre, explique le porte-parole Guillaume Tremblay.

La Coalition demande à  François Bonardel d’ordonner la reprise des travaux du bureau de projet pour le pont sur le Saguenay. Les chefs, préfets et maires de la Côte-Nord exigent aussi du ministre un échéancier pour la construction des tronçons de route manquant pour compléter la 138 jusqu’à Blanc-Sablon.

Les leaders de la Côte-Nord ont adressé plusieurs demandes de rencontre au ministre Bonnardel. Ils ont aussi interpellé directement le premier ministre Legault. Même le ministre responsable de la Côte-Nord ne répond plus.

Selon le porte-parole de la Coalition Union 138, Guillaume Tremblay, le ministre Bonnardel doit cesser de tergiverser dans le dossier. Les élus de la Côte-Nord déplorent le silence du ministre Jonatan Julien et contestent sa capacité de bien représenter la Côte-Nord auprès du gouvernement.

Le porte-parole des maires, Réjean Porlier, n’en revient pas de la réponse qu’il a reçu du directeur de Transports Québec pour la Côte-Nord mardi matin.

«C’est invraisemblable ce qui se passe avec le ministre Bonnardel. Son directeur régional nous demande d’écrire une lettre demandant une rencontre, mais nous en avons adressé des dizaines de lettres du genre» , affirme le maire de Sept-Îles.