La commission indépendante sur le caribou manque de crédibilité, selon ITUM

Le conseil des Innus d’Uashat mak Mani-utenam a boycotté la commission indépendante sur le caribou qui a terminé ses audiences à Baie-Comeau mardi. Devant l’inertie de Québec, ITUM appelle le gouvernement du Canada à l’action. Le conseil dénonce le manque de crédibilité de la Commission et l’absence de légitimité des commissaires.

Le chef Mike Mckenzie a profité du passage du premier ministre Trudeau à Sept-Îles vendredi pour passer le message. Le déclin alarmant des populations de caribou à travers le Nitassinan des Innus est lié à l’industrie forestière, selon le conseil de bande. Il n’apprécie pas la décision du ministre québécois des Forêts, de la Faune, et des Parcs, Pierre Dufour, de reporter la stratégie de protection de l’habitat du caribou forestier à 2024.

Les Innus s’insurgent quant au mandat de la commission «indépendante», qui a pour but d’éviter tout impact sur l’approvisionnement en bois des compagnies. «Pour ITUM, elle n’est qu’un événement de plus démontrant que le Québec préfère la protection des emplois, au détriment de la préservation de l’Atiku».

«Les allochtones doivent comprendre, avant qu’il ne soit trop tard, que la disparition permanente d’une espèce emblématique du Canada est à nos portes. Est-ce le pari que le Québec veut faire pour favoriser une industrie économique non-viable?» , se demande le Chef Mckenzie.

En tant que gardien du Nitassinan, le conseil ITUM est prêt à reprendre l’intendance de la ressource, en utilisant ses connaissances ancestrales pour favoriser le rétablissement du caribou. Le conseil tend la main au gouvernement du Canada et du Québec afin de mettre fin au travail de la commission et travailler sur la création d’une aire protégée Minashkuau-Atiku (caribou des bois).