La Coop de solidarité de Gallix pourrait faire bien plus qu’opérer un commerce

L'activité économique a diminué à Gallix, mais le milieu de vie de banlieue intéresse plusieurs familles. (photo Fonds RISQ Québec)

Défendre les intérêts des citoyens, animer la vie communautaire et négocier des services de proximité s’inscrivent dans la mission de la jeune Coopérative de solidarité de Gallix. Elle projette en plus d’ouvrir un commerce sur la route 138. «Une coop peut devenir un catalyseur pour le milieu dans différents aspects de la vie», assure le président Réjean Porlier.

Nouvellement établi en permanence dans le secteur Gallix, fusionné à la Ville de Sept-Îles depuis 20 ans, l’ancien maire Réjean Porlier y voit un milieu qui se revitalise lentement. «La qualité de vie exceptionnelle peut plaire à plusieurs familles», pense-t-il.

Des administrateurs dynamiques

Le conseil d’administration de la Coop regroupe neuf personnes de différentes classes et générations. «Les membres veulent d’une coopérative impliquée à long terme pour dynamiser le milieu, remarque le président Porlier.»

Une centaine de personnes ont assisté en mai dernier à l’assemblée de fondation de la Coop à Gallix. Elle projette surtout de construire une station de service et une épicerie dans le village d’environ 900 résidents situé entre Port-Cartier et Sept-Îles.

Lire aussi : Le nouvelle Coopérative de Gallix présidée par Réjean Porlier projette une construction de 1M$