La députée Gill appuie les Métallos et réclame une loi anti-scab

Deux députés du Bloc Québécois, dont Marilène Gill, ont appuyé les grévistes au Port de Sorel hier. (photo courtoisie Métallos)

La députée de Manicouagan Marilène Gill et son collègue du Bloc Québécois Louis Plamondon ont appuyé hier les grévistes sur la ligne de piquetage d’Océan remorquage, à Sorel-Tracy. Ils réclament une loi fédérale contre le recours aux travailleurs de remplacement, les scabs.

Les matelots au Port de Sorel affiliés au syndicat des Métallos sont en grève depuis le 20 juin et voient chaque jour des travailleurs de remplacement outrepasser la ligne de piquetage. «On souhaite que la nouvelle année soit celle où verra enfin le jour une loi anti-scab au fédéral. Voilà des décennies, qu’elle se fait attendre», explique le député de Bécancour-Nicolet-Sorel, Louis Plamondon.

Faire traîner les conflits

Sa collègue députée sur la Côte-Nord et whip adjointe du Bloc québécois Marilène Gill a fait remarquer hier que les conflits de travail au fédéral sont en moyenne deux fois plus longs que ceux qui ont lieu sous juridiction québécoise. «Le recours aux travailleurs de remplacement fait traîner les conflits en longueur. La grève chez Océan remorquage le montre bien», observe la députée Gill.

Un projet de loi d’initiative privée a d’ailleurs été déposé par le Bloc Québécois en mai. Le porte-parole des Métallos dans le dossier Luc Laberge ajoute que le recours immoral à des travailleurs de remplacement, rémunérés deux fois plus cher que les travailleurs réguliers, empoisonne les relations de travail et paralyse les négociations.