La DPJ enregistre des réussites à Port-Cartier et Sept-Îles qui deviennent des modèles

Le succès du projet «Ma famille, ma communauté» de la DPJ Côte-Nord à Port-Cartier, fait qu’il va s’étendre sur toute la région.

Deux projets pilotes réalisés dans la MRC des Sept-Rivières deviennent des modèles de lutte contre la maltraitance auprès des adolescents et des jeunes adultes. L’idée de créer une aire ouverte pour les 12 à 25 ans comme à Sept-Îles, est imitée dans plusieurs villes du Québec. Le succès du projet «Ma famille, ma communauté» de Port-Cartier, fait qu’il va s’étendre sur toute la Côte-Nord.

L’Aire ouverte aménagée dans l’ancienne Maison des jeunes du Centre socio-récréatif de Sept-Îles donne accès à des services d’infirmières, d’intervenants sociaux et de référence dans une ambiance qui permet aux jeunes de se confier. Le projet-pilote a été jugé concluant et est repris dans chaque région.

La directrice de la protection de la jeunesse sur la Côte-Nord Marlene Gallagher est particulièrement fière du succès du projet de Port-Cartier. La collaboration exceptionnelle entre les acteurs clés comme l’école et la famille permet de trouver la bonne solution personnalisée pour l’enfant, estime la directrice de la DPJ.

L’expérience menée à Port-Cartier avec «Ma famille, ma communauté» prouve que l’on peut faire les choses autrement pense Marlene Gallagher. «La niche de Port-Cartier a bien fonctionné parce que les gens y ont cru. Le projet pilote port-cartois devient un modèle, qui va s’implanter dans toutes les communautés de la Côte-Nord d’ici deux ans et demi.»

Lire aussi: La DPJ Côte-Nord n’a pas fini de relever les défis avec une hausse de la négligence envers les enfants