La liste d’attente s’allonge pour une place en CPE dans Sept-Rivières

La négociation locale s'est réglée seulement dimanche pour certains CPE de Sept-Îles.

Le manque de places en garderie à Pour-Cartier, Sept-Îles, Uashat mak Maliotenam, accentué par la pandémie, nuit au recrutement de main d’œuvre et au développement économique régional. Avec plusieurs centaines de parents en attente d’un service essentiel, la Côte-Nord doit se prendre en main et vite, commente le directeur du Regroupement des Centres de la Petite Enfance de la Côte-Nord, Réal Aloise.

La pandémie a entraîné la fermeture de plusieurs places en milieux familiaux à Port-Cartier et Sept-Îles, alors que ce genre de service n’existe pas dans la communauté innue. Mandaté pour coordonner les garderies en milieux familiaux dans Sept-Rivières, le CPE Sous le bon Toit cherche des solutions. Peu de gens sont intéressés à reprendre du service dans le contexte actuel.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, préside un comité de leaders du milieu qui interpellent le ministre québécois des Familles pour des investissements dans le réseau des CPE des Sept-Rivières. La région a besoin de la construction de nouveaux CPE, mais aussi de personnel formé sur place, avertit le directeur du Regroupement des Centres de la Petite Enfance de la Côte-Nord, Réal Aloise.